musée du diocèse de lyon

entrée

Bréviaire de Saint-Victor-sur-Rhins

XIIIè s.

 

 

 

 

 

En 1262 existe à Saint-Victor-sur-Rhins un prieuré de deux trois moines de l’abbaye de Cluny, qui pratiquent l’aumône et l’hospitalité. C’est le Sacristain de l’abbaye qui gère le temporel.

 

En 1317, le Sacristain Guillaume de Montagny (Montagu) donne aux moines un « bréviaire » manuscrit pour leurs offices et leur demande de prier pour le repos de son âme.

 

Ce bréviaire a été rédigé à l’abbaye de Cluny ; un « bréviaire » recueille, pour les prieurés, en un seul volume, l’essentiel des différents livres nécessaires à l’office célébré à Cluny même : antiphonaire pour les chantres, lectionnaire pour les lecteurs, collectaire pour le célébrant…

 

Celui-ci est constitué de 625 folios (feuilles, pages) dont quelques-uns manquent (ce qui concerne Avent, Noël, Epiphanie).

 

3-203

Temporal

205-209

Psautier et Lectionnaire

243

Cantiques de l’Ancien et du Nouveau Testaments

246

Te Deum, Gloria, Pater, différents symboles de foi

248-250

Litanie des Saints et Oraisons

251-268, 270

Leçons pour les Féries

271-546

Propre des Saints

547-621

Commun des Saints

 

Il utilise l’écriture gothique et la notation musicale carrée sur quatre lignes, caractéristiques de la fin du XIIIème siècle.

 

Il comporte des lettrines et 80 miniatures, dont quelques-unes ont été découpées. Celles-ci illustrent le texte selon la coutume. « La décoration, très classique et très sobre, évoque la musique par l’image aux places traditionnelles dans les livres liturgiques, c’est-à-dire là même où le texte des Psaumes invite à la louange » (HUGLO, 1983, p.132).

 

Il est accompagné d’une note de présentation du Sacristain Girard de Mars, qui nous indique qu’en 1335, pour pouvoir financer des travaux, à une époque où il n’y a plus de moines pour chanter l’office, ce bréviaire a été mis en gage par le Sacristain Jean de Saint-Didier, puis en 1338 racheté par lui-même qui le donne à nouveau au prieuré. Il achète aussi un calice pour remplacer celui qui a été vendu. R.ETAIX donne le texte latin de cette note et sa traduction française.

 

Ce bréviaire, donné aux moines (réguliers) et au curé (séculier), concerne d’une part la liturgie monastique (textes et chants), d’autre part les relations entre curé et prieur (coutumier).

 

Le coutumier précise la répartition des célébrations célébrées dans la même église, l’organisation des repas, le partage des revenus et du casuel…

 

Le manuscrit est inscrit à l’Inventaire du Patrimoine et conservé à la Mairie de Saint-Victor-sur-Rhins.

 

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      DECHELETTE Joseph, 1888, Les miniatures du bréviaire clunisien de Saint-Victor-sur-Rhins, Le Roannais illustré, t. III, pp.138-144

 

-      ETAIX Raymond, 1980, Le Prieuré de Saint-Victor-sur-Rhins au Moyen-Age et son bréviaire, Revue du Lyonnais (nouvelle édition), 2, pp.3-14

 

-      DAVRIL Anselme, 1983, A propos d’un bréviaire manuscrit de Cluny conservé à Saint-Victor-sur-Rhins, Revue bénédictine, XCIII/1-2, pp.108-122

 

-      HUGLO Michel, Remarques sur la notation musicale du Bréviaire de Saint-Victor-sur-Rhins, Revue bénédictine, XCIII/1-2, pp.132-136

 

-      COLLOMB Pascal, 1990, Le bréviaire de Saint Victor-sur-Rhins : cadre et liturgie, mémoire Université Lyon 2

 

-      PACAUT Marcel, Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, Paris, Nathan Université, 1993 (1ère éd. 1970)

 

-      CARCEL Anne, BOUILLER Robert, 1997, A l’ombre des clochers de Pays entre Loire et Rhône. La religion de l’histoire, les coutumes, l’art, des origines aux temps modernes

 

-      RICHE Denyse, 2000, L'Ordre de Cluny à la fin du Moyen Age, préface PACAUT Marcel, pp.408, 586sq

 

-      Ministère de la culture, Saint-Victor-sur-Rhins

 

-      Mairie de Saint-Victor-sur-Rhins, historique

 

-      Forez-Info, images du manuscrit

 

a.chapel