musée du diocèse de lyon

entrée

Cercle de Lyon Syllabus

1868

 

 

 

 

 

Le 18 avril 1868 est fondé le Cercle de l’Union appelé aussi Syllabus pour l’« intransigeance religieuse » qu’il défend. Le lieu de réunion se situe 27 place Bellecour. Il reçoit son autorisation en 1872.

 

Le premier président en est Prosper Dugas, de la Congrégation des Messieurs, ami de Frédéric Ozanam et du Père Lacordaire, desquels il s’éloigne lorsque ceux-ci prônent en 1848 la démocratie chrétienne alors que lui soutient la monarchie légitimiste.

 

A la différence des autres cercles de l’époque, ce cercle est très peu enclin aux mondanités et « pratique la discrétion afin d'assurer l'efficacité de son influence » (PINOL).

 

Il rassemble des catholiques lyonnais ultramontains et légitimistes. Le sénateur Lucien Brun, président de la Commission de Fourvière, fondateur de l'Association des juriconsultes catholiques, est la figure de cette tendance jusqu’à la fin du XIXème siècle.

 

Silencieux après le ralliement, il (L.Brun) laisse à ses quatre fils, Emmanuel, Joseph, Henry et Lucien, le soin de reprendre l’étendard du combat au tournant du siècle. Tous ont alors rejoint le Cercle de Lyon au sein duquel ont été admises les grandes figures du catholicisme intransigeant lyonnais à la fin du XIXe siècle comme l’avocat Charles Jacquier, le soyeux Cyrille Cottin, le grand propriétaire Franck de Jerphanion, les juristes des facultés catholiques, Alexandre Poidechard, Auguste Rivet et Pierre Ravier du Magny, le futur sénateur Paul Duquaire ainsi que le peintre Paul Borel et l’orfèvre Joseph Armand-Caillat.

(DUMONS)

 

Un annuaire du Cercle de Lyon, daté de 1894, est conservé aux Archives Municipales de Lyon, qui dénombre 119 membres. Ce sont pour la plupart des résidents de la Presqu’île lyonnaise (Ainay).

 

En 1917 le Cercle de Lyon fusionne avec le Cercle du Divan (1841) et le Jockey Club (1865) pour donner le Cercle de l’Union.

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      DUGAS Joseph, 1878, Prosper Dugas, vie et souvenirs (1810-1875)

 

-      PINOL Jean-Luc, 1989, Mobilités et immobilismes d’une grande ville : Lyon de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Les grands cercles

 

-      MAYEUR J-M., CORBIN A. (dir.), 1995, Les Immortels du Sénat, 1875-1918. Les cent seize inamovibles de la Troisième République, Brun Henry Louis Lucien (1822-1898)

 

-      FOURNIER Alexandre, 2000, Les réseaux conservateurs à Lyon, à la fin du XIXe siècle (1880-1900), Institut d’Etudes Politiques de Lyon

 

-      DUMONS Bruno, 2005, Jésuites lyonnais et catholicisme intransigeant, in FOUILLOUX E., HOURS B., 2005, Les Jésuites à Lyon XVIe-XXe siècle

 

-      Le Cercle de l’Union, historique

 

g.decourt