musée du diocèse de lyon

entrée

Comités paroissiaux, cantonaux, diocésain

1908…

 

 

 

 

 

Le premier Congrès diocésain qui se tient à Lyon en 1908 a pour objet l’« organisation des catholiques ». A la suite de plusieurs communications portant sur l’organisation des catholiques à l’étranger et dans quelques diocèses français, des rapports suivis de débats se concluent par l’adoption de vœux concernant les nouveaux Comités paroissiaux et le Comité diocésain et leurs relations avec les organismes déjà existant. Le troisième congrès en 1912 propose la création de comités cantonaux.

 

 

 

 

VŒUX

émis au Premier Congrès Diocésain et adoptés par l’Assemblée, 1908

 

 

CONGERNANT L’ORGANISATION DES CATHOLIQUES DANS LE DIOCESE

 

1° Qu’il soit établi dans chaque paroisse du diocèse sous la présidence de M. le Curé un Comité d'action ayant pour objet de soutenir toutes les œuvres catholiques, Comité composé d’un petit nombre d'hommes choisis auquel pourront se rattacher des adhérents dont le nombre ne soit point limité.

 

2° Qu'il soit établi sous la présidence de S. E. le Cardinal Archevêque un Comité central diocésain, servant aux Comités paroissiaux de centre d'union et de direction et que ce Comité diocésain ait deux sièges de réunion l'un à Lyon et l’autre à Saint-Etienne.

 

 

CONCERNANT LES COMITES PAROISSIAUX DANS LEURS RAPPORTS AVEC LES ECOLES LIBRES ET LES ŒUVRES EXTRA-SCOLAIRES

 

1° Que sans s’immiscer dans l’administration des Œuvres scolaires, qui doivent conserver leur autonomie, sous quelque forme qu'elles soient constituées, les Comités paroissiaux s'efforcent de les promouvoir partout où elles n’existent pas et, quand elles existent, de les soutenir, de les propager, de les développer, d'y entretenir la toi et la piété.

 

2° Qu’ils encouragent la formation et le perfectionnement des maîtres ; qu’ils s'appliquent d'une façon spéciale à aider au recrutement des écoles normales libres d'instituteurs et d'institutrices, créées pour fournir aux besoins de l'enseignement libre ; qu'en toute occasion ils témoignent aux maîtres la considération, l'intérêt et la sympathie, que mérite la tâche à laquelle ils se dévouent.

 

3° Qu'ils favorisent la création de toutes les œuvres qui peuvent aider et prolonger l'action de l'école, entretenir la vie religieuse chez les enfants et les jeunes gens, conserver en eux l'attachement à la paroisse.

 

4° Qu'ils suscitent dans la jeunesse de la paroisse des œuvres extra-scolaires ayant pour objet la formation et le développement de l'esprit chrétien, en adaptant ces œuvres aux nécessités locales.

 

 

CONCERNANT LES COMITÉS PAROISSIUX ET LA SURVEILLANCE DE LA NEUTRALITE SCOLAIRE

 

1° Qu'il soit créé dans chaque canton une association déclarée de pères de familles pour assurer dans l'Ecole publique la neutralité religieuse.

 

2° Que les délégués des comités paroissiaux fassent partie des associations et y soient les porte-paroles naturels des parents ayant eu à se plaindre d'atteintes à la neutralité religieuse. L'association devra soumettre le cas au curé du canton ou à son délégué, rien ne devant se faire au point de vue religieux sans l’avis conforme de l'autorité religieuse.

 

3° Que dans les cantons où n'existe pas d'association, les comités paroissiaux recueillent toutes les plaintes en violation de la neutralité religieuse, les instruisent sérieusement et fassent un rapport au bureau diocésain qui donnera un avis décisif sur la marche à suivre.

 

 

CONCERNANT LES COMITES PAROISSIAUX ET LES CONFERENCES POPULAIRES

 

1° Que les comités paroissiaux organisent autant que possible dans chaque paroisse une série de conférences sur les questions religieuses, morales et sociales, et particulièrement sur les questions actuelles. Qu'ils fixent d'avance la série des sujets qu'ils désirent voir traiter.

 

2° Que le Comité diocésain prête son concours aux comités paroissiaux pour le choix des sujets à traiter et le recrutement des conférenciers.

 

 

CONCERNANT LES COMITES PAROISSIAUX ET LA PRESSE

 

1° Que les comités paroissiaux donnent leur concours le plus actif à la bonne presse, soit en augmentant l'intérêt par l'envoi de correspondances locales, soit en la propageant par l'établissement de dépôts permanents et de vendeurs ambulants.

 

2° Que les comités paroissiaux d'un même archiprêtré envoient des délégués à des réunions cantonales où seraient débattues et arrêtées en commun les mesures de propagande jugées les meilleures suivant les lieux et les circonstances.

 

3° Que partout où fonctionnent des organisations de propagande de la Bonne Presse les Comités paroissiaux en tiennent compte et s'efforcent de développer et de compléter leur action.

 

 

CONCERNANT LES COMITES PAROISSIAUX ET L’ŒUVRE DES BULLETINS PAROISSIAUX

 

1° Le Congrès considérant le bulletin paroissial comme un organe très utile au bon fonctionnement du comité émet le vœu : Qu'il existe un bulletin dans chaque canton et même s'il est possible dans chaque paroisse.

 

2° Le Congrès considérant qu'un bon nombre de paroisses ne peuvent publier un bulletin spécial émet le vœu : Que l'on favorise le développement du bulletin publié par les soins du comité d'initiative de Lyon créé par Son Eminence, et engage Messieurs les Curés à profiter de cet organe de publicité

 

 

 

 

 

PROJET D’UNE ORGANISATION DES CATHOLIQUES DANS LE DIOCESE DE LYON

 

A la base de cette organisation il est établi dans chaque paroisse un Comité d'action sous la présidence de M. le Curé, et au sommet, afin d'imprimer à tous ces Comités paroissiaux une impulsion et une direction uniformes, un Comité central diocésain présidé par Monseigneur l'Archevêque.

 

COMITÉS PAROISSIAUX

LEUR NATURE. — LEUR BUT

 

1° Ce qu’ils ne sont pas.

 

Ils ne sont pas une organisation politique.

 

Les catholiques ont sans doute le devoir de revendiquer hautement leurs droits de citoyens, d'en user et de les défendre. Mais leur vie religieuse, paroissiale et diocésaine, est en dehors et au-dessus de la politique. Les comités paroissiaux, en tant que comités paroissiaux, doivent donc s'abstenir de toute question purement politique. Mais il va de soi, qu’à titre individuel leurs membres peuvent faire partie des divers groupes qui sur le terrain politique paraissent le mieux servir les intérêts de la patrie et de la religion.

 

Ils ne sont pas une organisation cultuelle.

 

Ces comités sont tout à fait distincts des conseils paroissiaux. Ils ne s'occupent pas d'assister Messieurs les Curés dans l'administration temporelle des paroisses : ce soin demeure confié aux Conseils paroissiaux institués pour succéder aux Conseils de fabrique.

 

2° Ce qu'ils sont. (Dire et qu'ils sont, c’est définir leur but.)

 

Ils sont des comités d'action catholique.

 

A ce titre ils doivent, sous la direction du Curé, représentant de l’Evêque, rechercher les moyens les plus efficaces de sauvegarder et de développer la vie chrétienne dans la paroisse, veiller à la prospérité de toutes les œuvres existantes, travailler à leur coordination, si besoin est en promouvoir ou créer de nouvelles, encourager enfin et fortifier toutes les initiatives généreuses pouvant contribuer sous une forme quelconque au bien de la communauté paroissiale. Leur action n'est donc point limitée à telle ou telle œuvre particulière, comme seraient par exemple les associations de pères de famille pour le soutien des écoles libres, les cercles d'hommes et de jeunes gens, les conférences de Saint-Vincent de Paul, etc. Leur action a un but beaucoup plus général ; elle est beaucoup plus étendue : elle embrasse tous les intérêts religieux, intellectuels, moraux et même matériels de la paroisse.

 

 

 

 

VŒUX

émis au Troisième Congrès diocésain et adoptés par l'Assemblée, 1912

 

 

ORGANISATION DES COMITÉS CANTONAUX

 

Il est créé dans chaque canton ecclésiastique ou archiprêtré un Comité appelé Comité cantonal. Exception est faite pour les villes de Lyon et de Saint-Etienne, sièges du Comité diocésain, où il n'est pas créé actuellement de Comités cantonaux ; le Comité diocésain exercera directement son action auprès des Comités paroissiaux de ces deux villes.

 

BUT DU COMITÉ CANTONAL.

 

Son but est de défendre les intérêts religieux et de coordonner l'action des catholiques dans chaque canton.

 

SES FONCTIONS.

 

Le Comité cantonal est un organisme intermédiaire entre le Comité diocésain et les Comités paroissiaux.

Il fait naître, organise et fédère les Comités paroissiaux d'un même canton, et sous la direction du Comite diocésain il stimule et alimente leur activité.

Il organise les Congrès auxquels sont convoquées toutes les paroisses du canton.

 

SA COMPOSITION.

 

Le Comité cantonal se compose :

1° De tous les curés et vicaires du canton

2° Pour chacune des paroisses du canton de deux laïques choisis parmi les membres des Comités paroissiaux, aussitôt que ceux-ci existent.

 

SON BUREAU

 

Le Président du Comité cantonal est de droit Monsieur l'Archiprêtre.

Le Comité cantonal nomme un vice-président pris parmi les laïques influents du canton, un secrétaire et un trésorier, résidant tous trois au chef-lieu de canton ou pouvant facilement s’y unir.

Ce bureau constitue la permanence du Comité cantonal.

 

SES REUNIONS.

 

Le Comité cantonal se réunit régulièrement tous les trois mois au chef-lieu de canton. Le Comité diocésain est représenté à ces réunions par le Directeur des œuvres ou à son défaut par un autre de ses membres.

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

-      Rapport sur le Projet d’organisation des catholiques dans le diocèse de Lyon

 

-      Vœux du Congrès, 1908

 

-      Vœux du Congrès, 1912

 

-      Voir aussi notices sur la Ligue des droits des catholiques (1921)