musée du diocèse de lyon

entrée   

 

Groupe des Dombes

1937

 

 

 

 

 

En 1932 le Père Couturier pense que l’unité des chrétiens ne se fera que par la prière des moines et moniales dans la tâche œcuménique, et parle alors de « Monastère invisible constitué par l'ensemble des âmes à qui l'Esprit Saint a pu faire connaître (…) le douloureux état des séparations entre les chrétiens ».

 

En 1933, il anime la Semaine de prière pour l'Unité de janvier. « Qu'arrive l'unité visible du Royaume de Dieu, telle que le Christ la veut, par les moyens qu'il voudra » (1936). Des orthodoxes s’unissent à cette prière pour l'Unité des chrétiens, puis des anglicans et des réformés, avec, entre autres, le pasteur Rivet, du consistoire de la région lyonnaise qui, le premier, accepta en 1937 cette initiative venue d’un catholique.

 

Au même moment, autour du Père Rémillieux et de Victor Carlhian un groupe se réunit avec des pasteurs suisses. C’est l’occasion de prier ensemble, de dialoguer sur des points théologiques.

 

Ces responsables de communautés chrétiennes décident de faire « retraite » ensemble alternativement en Suisse et à l’abbaye cistercienne Notre-Dame des Dombes, dans le diocèse de Belley, où ils réunissent pour la première fois en 1937. Le groupe interrompt ses rencontres en 1940. Il reprend en 1942 avec un caractère réflexif plus prononcé.

 

En 1998, l’abbaye est confiée à la Communauté du Chemin Neuf ; le groupe se réunit alors à l’abbaye bénédictine de Pradines mais garde son nom originel de Groupe des Dombes.

 

Au cours du temps ont participé au Groupe des Dombes de nombreuses personnalités comme Paul Couturier, Maurice Villain, mariste, Pierre Michalon, sulpicien fondateur du Centre Unité Chrétienne à Lyon, Joseph de Baciocchi, mariste, Gustave Martelet, jésuite, Max Thurian, frère de la Communauté de Taizé, Maurice Jourjon, Henri Denis, du diocèse de Lyon, Bruno Chenu, assomptionniste, René Beaupère, dominicain, les pasteurs Henry Bruston, Jean de Saussure, Roland de Pury, Alain Blancy, Jean Bosc, Daniel Atger, etc.

 

De 7, au départ, 4 catholiques et 3 protestants, le groupe passe à 12 + 12, puis 20 + 20. Il est officiellement reconnu par le cardinal Gerlier. Il se gère lui-même, se renouvelle par cooptation, invite des théologiens, orthodoxes ou anglicans, des experts, biblistes, historiens….

 

Au début catholiques et protestants célèbrent chacun de leur côté, mais partagent des temps de prière. Les catholiques obtiennent en 1967 l’autorisation d’assister à la Sainte Cène. L’hospitalité eucharistique est autorisée en 1972, refusée en 1973 et à nouveau autorisée de 1974 à 1977. Depuis cette date la réciprocité de l'« hospitalité eucharistique» se déroule ainsi : le premier jour à l’Eucharistie de la communauté monastique, le deuxième à l’Eucharistie célébrée par le groupe, le troisième à la Sainte Cène célébrée par le groupe.

 

Le Groupe, qui a commencé par prendre connaissance des « positions » théologiques des uns et des autres, rédige à partir de 1956 des textes communs appelés « thèses ». En 1971 paraît le premier des « documents » préparés tout au long de l’année par des échanges en commissions « mixtes ».

 

Les productions du Groupe de Dombes engagent leurs auteurs mais non les Eglises dont ils sont membres. L’autorité des textes provient de la qualité de la réflexion qui s’inscrit dans la méditation des mêmes textes bibliques, une recherche intellectuelle commune, la prière pour l’unité des chrétiens et la communion eucharistique. Ces textes, parfois critiqués dans l’une ou l’autre des confessions, marquent, année après année, une avancée de l’œcuménisme, vers « la maison commune » dans l’esprit des fondateurs.

 

Thèses

1956, L'état de péché originel

1957, La médiation du Christ et le ministère de l'Eglise

1958, L'Eglise, Corps du Christ

1959, L'autorité pastorale dans l'Eglise

1960, L'apostolicité de l'Eglise

1961, Sacerdoce et ministère de l'Eglise

1962, L'acte sacerdotal du Christ dans l'activité sacerdotale de l'Eglise

1965, La doctrine du Saint-Esprit

1967, L' « intercommunion »

1968, La succession apostolique

1969, Eglise et Esprit Saint

1970, L'Eglise, communion des saints

 

Documents

1972, Vers une même foi eucharistique ? Accord entre catholiques et protestants

1973, Pour une réconciliation des ministères

1976, Le Ministère épiscopal

1979, L'Esprit Saint, l'Eglise et les sacrements

1986, Le ministère de communion dans l'Eglise universelle

 

Ouvrages de synthèse

1988, Pour la communion des Eglises. L'apport du Groupe des Dombes 1937 - 1987

1991, Pour la conversion des Eglises. Identité et changement dans la dynamique de conversion

 

 

Depuis 1993 :

1997, Marie dans le dessein de Dieu et la communion des saints. I. Une lecture œcuménique de l'histoire et de l'Ecriture

1998, Marie dans le dessein de Dieu et la communion des saints. II. Les questions controversées et la conversion des Eglises

2005, « Un seul Maître ». L'autorité doctrinale dans l'Eglise

 

 

Documents

 

-      œcuménisme.info 

-      Etienne Goutagny, cistercien, 2004, doc.1, doc.2 

-      Abbaye de Pradines

 

 

g.decourt