musée du diocèse de lyon

entrée

 

Francisque Gay

1985-1963

 

 

 

 

 

Francisque GAY naît à Roanne en 1885.

 

En 1903 il participe au Congrès national des « Cercles d’études » à Lyon. Il adhère alors aux idées de Marc SANGNIER et fonde une antenne du « Sillon » à Roanne. Il collabore à la publication du mouvement, Démocratie.

 

Après des études dans des institutions catholiques du Roannais (chez les Maristes de Charlieu) et Lyon (chez les Lazaristes), il entre au Grand Séminaire (aujourd’hui Lycée Saint-Just de Lyon) en 1905 qu’il quitte à sa fermeture en décembre 1906.

 

Il part suivre des cours en Sorbonne. Au Sillon de Paris, il rencontre Edmond BLOUD, éditeur. Il enseigne l’anglais dans une école catholique de Montpellier. En 1909 il revient à Paris travailler chez Bloud et Cie, maison d’édition.

 

En 1911, il devient associé à 40% de cette maison, qui prend le nom de Bloud & Gay. Celle-ci édite et éditera des ouvrages d’histoire religieuse (Fliche et Martin, Mourret, Bremond), de théologie, de piété, mais aussi de poésie (Marie Noël) ou d’auteurs comme Montherlant.

 

Il adhère au mouvement Jeune République de Marc SANGNIER, en organise le congrès à Paris en 1920 avant de le quitter.

 

En 1924 il fonde La Vie catholique, hebdomadaire qui soutient le pape Pie XI dans sa condamnation de l’Action française de Charles Maurras.

 

En 1932 il fonde L’Aube, journal d’opinion antifasciste.

 

En 1936, il se présente à la députation à Cholet sans être élu.

 

En 1937 à l’instigation de Georges HOURDIN, collaborateur de L’Aube, La Vie catholique fusionne avec les pages intitulées « La Vie catholique » de Temps présent, hebdomadaire qui a pris la suite de la publication Sept lancée en 1934 par des dominicains. La Vie catholique cesse de paraître l’année suivante.

 

En 1938, il fonde avec Georges Bidault, membre du Parti Démocrate Populaire et collaborateur de L’Aube qui vient de dénoncer les accords de Munich, les « Nouvelles Equipes Françaises », mouvement antifasciste.

 

L’Aube cesse de paraître en juin 1940. Fr.GAY dirige la maison d’édition qui sert de lieu de rencontre à des intellectuels de la résistance.

 

Le 23 mars 1944 la Gestapo perquisitionne le siège de la maison Bloud & Gay à la recherche du successeur de Jean Moulin, qu’elle pense être soit GAY soit Bidault. Il entre dans la clandestinité.

 

Le 23 août 1944 il fait paraître à nouveau L’Aube.

 

En 1944 il participe à la fondation du Mouvement Républicain Populaire avec Georges Bidault. Elu M.R.P. du département de la Seine, il est membre de l’Assemblée consultative provisoire où il intervient sur les questions de la presse, puis de la première et de la seconde Assemblée Constituante. En 1945 il est nommé ministre d’Etat dans le gouvernement présidé par Ch.de Gaulle, puis vice-président du Conseil présidé par F.Gouin, et ministre d’Etat dans celui de G.Bidault en 1946.

 

En 1948 il est nommé ambassadeur de France au Canada.

 

Il estime trop conservatrice l’orientation du M.R.P., entre autres que les questions coloniales, et ne se représente pas aux élections de 1951.

 

En 1954 il vend la maison d’édition à Desclée et Cie.

 

En 1958 il soutient le retour au pouvoir du Général de Gaulle.

 

Il meurt à Paris en 1963.

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      Biographies : Assemblée Nationale, Le Cercle du Sillon, G.Hourdin

 

-      DUCERF Laurent, Le Congrès fondateur du MRP des 25 et 26 novembre 1944, Chrétiens et Sociétés, 2005/12

 

-      FOUILLOUX Etienne, Intellectuels catholiques ? Réflexions sur une naissance différée, Vingtième siècle, 1997/53

 

-       CADIOT Jean-Michel, 2006, Francisque Gay et les démocrates d’inspiration chrétienne (1885-1963) (recensions : Esprit et Vie, Diocèse de Lyon) (avec nos remerciements ses corrections)

 

-      TERRENOIRE Elisabeth, 1976, Un combat d'avant-garde. Francisque Gay et "La vie catholique (recension ASSR)

 

-      YAGIL Limôr, 2005, Chrétiens et Juifs sous Vichy, 1940-1944 : sauvetage et désobéissance civile

 

 

 

 

g.decourt