musée du diocèse de lyon

entrée

René Desgrand

1921-1979

 

 

 

 

 

René DESGRAND naît en 1921 à Saint-Didier-en-Velay (diocèse du Puy).

 

Après ses études secondaires il entre au Grand Séminaire du diocèse du Puy.

 

En 1942 il est appelé aux Chantiers de Jeunesse ; réfractaire au Service du Travail Obligatoire (STO) il vit dans la clandestinité.

 

En 1945 il est ordonné prêtre pour le diocèse du Puy.

 

En 1946 il entre à l’Institut du Prado de Lyon où il enseigne quelques mois.

 

La même année Alfred ANCEL, supérieur du Prado et futur évêque, le nomme responsable de la toute nouvelle Mission de la Part-Dieu à Lyon, installée dans un appartement qu’il partage avec deux collègues dans le quartier de La Guillottière. En 1947 il se fait embaucher à l’usine Durrschmidt de Villeurbanne.

 

Il adhère à la CGT, devient délégué du personnel, puis permanent CGT chez Durrschmidt.

 

Dans l’optique de Mgr ANCEL, le travail est conçu comme une expérience qui doit permettre au prêtre de mieux connaître le milieu ouvrier afin de mieux l’évangéliser « à son retour »  dans les structures ecclésiales qu’il doit faire évoluer en conséquence. Il demande donc à René DESGRAND de réintégrer l’institution ecclésiale après ces trois années de travail. R.DESGRAND ne donne pas suite à cette demande.

 

En 1950, un prêtre, Paul Magand, envoyé au travail par la Compagnie de Jésus pour contrecarrer l’influence du marxisme dans la classe ouvrière, se fait embaucher chez Durschmitt. Un conflit sur le sens de leur mission les oppose immédiatement ; la même année René DESGRAND est licencié par la direction ; le conflit oppose alors deux syndicats : la CFTC, à laquelle a adhéré P.Magand, opposée aux prêtres-ouvriers, et la CGT.

 

René DESGRAND entre à l’usine Berliet.

 

En 1953 il devient secrétaire permanent de l’Union Départementale CGT, poste qu’il occupe jusqu’en 1965.

 

En 1954 après la « condamnation de Rome » des prêtres-ouvriers, il reste au travail et fréquente quelque temps le groupe des « insoumis » : « on reste un cri de liberté dans l'Église » écrit-il.

 

En 1955 il adhère au Parti Communiste. Il devient conseiller municipal de Villeurbanne.

 

En 1958 il se marie avec Lucette Tournebize, militante communiste, avec laquelle il aura plusieurs enfants.

 

De 1967 à 1973 il est député suppléant du député maire communiste de Vénissieux.

 

En 1973 il est élu conseiller général du Rhône.

 

En 1977 il est candidat à la mairie de Villeurbanne mais arrive en seconde position derrière le socialiste Charles Hernu.

 

Il décède en 1979.

 

Immédiatement son nom est attribué à une rue de son quartier Saint-Jean à Villeurbanne, auquel est associé en 1991 celui de son épouse : rue René et Lucette Desgrand.

 

 

 

DOCUMENTS

 

-      Notice DESGRAND René du Maîtron

 

-      Notice ANCEL Alfred du Maîtron

 

-      voir les notices sur les Prêtres Ouvriers

g.decourt