musée du diocèse de lyon

entrée

comte Artaud à l’abbaye de Savigny

av.994

 

 

 

 

 

Au nom de Dieu,

moi comte Artaud, fils de Gérard de noble lignée et de Gimberge,

me souvenant de tous les méfaits que j’ai commis à l’encontre les commandements de Dieu, tant pour acquérir que pour défendre ma charge, je crains le jugement de Dieu sur eux et redoute d’endurer les supplices éternels ; aussi, parce que la patience de Dieu est pour moi déjà bien grande, je ne diffère pas plus longtemps de supporter les médecines de la pénitence.

 

C’est pourquoi récemment je me suis adressé au concile des prêtres et ministres de Dieu, cherchant auprès d’eux un conseil salutaire ; me jugeant selon les statuts des saints canons, ils m’ont indiqué entre autres ces instructions pour que mes péchés puissent être plus facilement absous. Instruit de ces préceptes salutaires, considérant la qualité et le nombre des méfaits que j’ai commis à l’encontre le monastère Saint-Martin, dit de Savigny, en dépouillant ses villages et dévastant ses territoires, d’abord je prends sur mes possessions pour les attribuer au bienheureux Martin lui-même.

 

Donc moi Artaud je prends de mon héritage pour le donner à la Communauté Saint-Martin, que seigneur Hugues dirige, en même temps qu’au troupeau qui lui est confié. Cet héritage est situé dans le pays Lyonnais, sur le territoire de Cogny, au-dessus de la Saône, dans le village de Turrins : c’est une vignoble que j’ai en propre, avec jardins, verchères, champs, prairies, forêts, eaux et cours d’eaux, terres cultivées et incultes, avec aussi les serviteurs et servantes, tout autant que j’ai dans ce village, et dans le village Casoccus une exploitation avec toutes ses dépendances, c’est-à-dire avec jardins, champs, prairies et forêts, et tout ce que ici j’ai par héritage, et tout ce que j’ai à Mizérieux et à La Motte, c’est-à-dire le port avec les droits de pêche, les terres cultivées et incultes, les serviteurs et servantes de l’un et l’autre sexe ; tout ce que j’ai dans ces villages, et du ruisseau Morgon jusqu’à Reneins, tout en intégralité et sans réserve je le donne à Saint-Martin et au monastère de Savigny, pour le paiement des frères qui y servent Dieu, pour la correction de mes méfaits, pour l’absolution de tous mes péchés et ceux de tous mes parents.

 

Aussi ai-je ordonné que cette donation soit faite à titre d’aumône, de telle sorte que du jour présent les biens susdits restent dans le domaine et sous l’autorité de Saint-Martin, et qu’il ne soit permis à nul homme à partir de ce jour et par la suite de prendre ou diminuer quoi que ce soit de ces biens de cette Eglise, et ni à moi, ni à quiconque de mes parents ou proches, ni à un évêque ni à un abbé, je dis bien à aucune autorité.

 

S. de Artaud comte et son épouse Thiberge (Tetberge), qui ont demandé que ce soit fait ainsi et confirmé.

S. de Fredelannus.

S.de  Guichard.

S. de Milon.

S. de Bernard et d’un autre Bérard.

S. de Etelinus.

S. de Leudegarius.

 

Donné de la main du moine Gerbernus, au mois de mars, le roi Conrad régnant

 

 

 

 

 

TEXTE LATIN

 

 

DE LA MURE Jean, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, Volume 1, éd.1860, pp.62sq

 

GUICHENON Samuel, 1733, Nova scriptorum ac monumentorum, partim rarissimorum, partim ineditorum collectio…, tome 2, pp.83-84

 

BERNARD Auguste, 1853, Cartulaire de Savigny

1ère partiegallica.bnf

2èmepartiegallica.bnf

 

MONTFALCON Jean Baptiste, 1855, Lugdunensis historiae monumenta, pp. 379-380

 

Chartae Galliae, édition électronique: Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, acte n°219763

 

 

 

NOTES

 

 

994 : l’estimation de la date de rédaction diffère selon les sources : 994 (DUFOUR), avant 994 (MONTFALCON), entre 984 et 999 (TELMA), 984-985 (GUICHENON), mars 984 (BREQUIGNY) ; le roi Conrad mourant en 993 ou 994 ou 995 selon les documents

 

Artaud : d’une famille du Beaujolais, dit Artaud de Lyon, prend le titre de comte de Forez lors de son mariage en 988.

Theodebergiæ : Thiberge, comtesse de Forez

 

ecclesia : traduit ici communauté

 

Cogniacensi : Cogny, à l’ouest de Villefranche-sur-Saône (BERNARD A.)

Toriniaco : Turrins, à l’est de Villefranche-sur-Saône (BERNARD A.)

Casocco : inconnu

Miseriaco : Mizérieux, près de Feurs, sur la rive gauche de la Loire (DE LA MURE)

Mota : La Motte, près de Feurs, sur la rive gauche de la Loire (DE LA MURE)

Morgonæ : Morgon ruisseau prenant sa source à Cogny

Ronnenchum : Reneins, actuel Saint-Georges-de-Reneins

 

pagus : traduit ici pays, subdivisé en ager

ager : traduit ici territoire, subdivisé en villa

villa : traduit ici village, subdivisé en bourg, lieux-dits ou hameaux

 

vicariis pour vircariis : verchère (Littré, Guichet du Savoir)

 

mansum : exploitation (CNRTL, manse)

 

S. : sceau (signature)

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      BREQUIGNY (de) L.G., 1769, Table chronologique des diplômes, chartes, titres et actes imprimes concernant l’histoire de France, tome 1, (années 142-1031), p.468

 

-      BERNARD Auguste, 1845, Divisions administratives du Lyonnais au Xè siècle, Revue du Lyonnais, vol.31, pp.289-318, p.304

 

-      DUFOUR J.E., 1946, Dictionnaire topographique du département de la Loire, éd.2006, p.XIX

 

-      BANGE François, 1984, L'ager et la villa : structures du paysage et du peuplement dans la région mâconnaise à la fin du haut Moyen Âge (IXe-XIe siècles), Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 39/3, pp.529-569

 

-      voir notice sur la donation d’Artaud à l’Eglise Saint-Irénée (993) 

 

 

g.decourt