musée du diocèse de lyon

entrée

 

Louis Jean Déchelette

1848-1920

 

 

 

 

Louis Jean DECHELETTE naît à Montagny dans la Loire en 1848.

 

Durant les événements de la Commune il étudie au Séminaire Saint-Sulpice de Paris.

 

Il est ordonné prêtre du diocèse de Lyon en 1873.

 

Il est nommé aumônier d’œuvres et de collèges.

 

En 1877 il devient secrétaire de l’archevêque, le cardinal CAVEROT.

 

En 1887 il est nommé Vicaire Général et le reste sous les épiscopats des cardinaux CAVEROT, FOULON et COUILLE.

 

En 1906 il fait partie des premiers évêques français choisis uniquement par le Pape : Pie X les ordonne ensemble à Rome.

 

Il devient évêque auxiliaire du cardinal COUILLE.

 

Dans cette période de grandes tensions (loi sur les congrégations, loi de séparation, condamnation du modernisme), il organise et coordonne l’action des catholiques (œuvres, ligues, mouvement, cercles…) et préside à cette fin les trois Congrès diocésains, de 1908 et 1910 à Lyon, et de fin février 1912 à Saint-Etienne pour montrer l’unité de l’action apostolique diocésaine dans les deux départements, la Loire et le Rhône.

 

Il est plutôt proche du parti catholique et de la Ligue des femmes Françaises de la comtesse de Saint-Laurent.

 

Le cardinal COUILLE meurt le 11 septembre 1912.

 

Le 1er octobre 1912 un groupe de laïcs piloté par MM PRENAT, GUITTON, LYONNET, alors députés de la Loire, envoie à Rome un rapport demandant la création d’un évêché stéphanois.

 

Se trouvent en même temps et incidemment à Rome :

-      une délégation stéphanoise, composée de prêtres et de laïcs, pour demander que Mgr DECHELETTE devienne le premier évêque de Saint-Etienne,

-      une délégation du clergé lyonnais pour demander au pape Pie X que Mgr DECHELETTE devienne archevêque de Lyon.

 

Ces interventions montrent que Mgr DECHELETTE est apprécié et du clergé et de responsables laïcs, du Rhône comme de la Loire.

 

Rome choisit le 26 octobre 1912 de nommer archevêque de Lyon Mgr SEVIN. Mgr DECHELETTE fait savoir à Rome qu’il refuserait d’être nommé à Saint-Etienne, car il reste opposé comme feu le cardinal COUILLE à l’érection d’un diocèse séparé.

 

En fait, et Monseigneur Sevin ne s'en cacha pas, il avait été placé à Lyon pour reprendre en mains ce grand diocèse jugé à Rome trop pénétré d'influences dangereusement libérales, et dans lequel un évêque trop « identifié avec l'Eglise de Lyon » n'eût pas été assez libre de ses mouvements.

(J.HOURS, 1997)

 

Il est alors nommé évêque d’Evreux en 1913.

 

Il meurt en 1920.

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      Congrès diocésain, 1908 (document gallica.bnf)

 

-      Congrès diocésain, 1910 (document gallica.bnf)

 

-      Congrès diocésain, 1912 à Saint-Etienne (document gallica.bnf)

 

-      HOURS Joseph, 1997, notice sur la succession du cardinal Coullié

 

-      POULAT Emile, 1969, « Modernisme » et « Intégrisme ». Du concept polémique à l'irénisme critique, Archives des sciences sociales des religions, 27

 

 

g.decourt