musée du diocèse de lyon

entrée

Rémi

†875

 

 

 

 

 

REMI vit à la cour de l’empereur Lothaire et de ses fils Charles (le Chauve) et Lothaire II comme Grand Aumônier.

 

En 852 il est nommé évêque de Lyon. Il est aussi abbé de Saint-Oyend (Saint-Claude).

 

Il est connu pour être intervenu dans la dispute sur la prédestination. Il réfute les thèses de Jean Scot Erigène, théologien d’Hincmar de Reims, et dénonce la manière dont ce dernier a traité le moine Gottschalk d'Orbais (Godelscade) dans les ouvrages :

-      Traité au sujet de trois lettres, qu’Hincmar de Reims, Pardule de Laon et Raban de Mayence avait adressées à AMOLON son prédécesseur, traité écrit après consultation de son clergé,

-      De la nécessité d’un attachement inviolable à la vérité de l’Ecriture sainte et de suivre fidèlement l’autorité des Pères de l’Eglise, de 854 où il critique des décisions du concile de Quierzy de 853  présidé par Hincmar,

-      Résolution d’une question sur la perte de tous les hommes par Adam et de la délivrance de quelques-uns par Jésus-Christ.

 

On attribue généralement la rédaction de ces ouvrages au diacre FLORUS.

 

Un commentaire des lettres de Paul lui est attribué qui a été écrit par Rémi, moine d’Auxerre.

 

Il a une influence importante dans plusieurs conciles : Valence en 855 où il fait condamner les quatre thèses du concile de Quierzy de 853,  Langres en 859 où sont reprises les thèses de Quierzy, etc.

 

Il cherche à rétablir dans ses droits temporels l’Eglise de Lyon face aux suzerains locaux. Il échoue à sauver de la condamnation Lothaire II qui vient de divorcer.

 

Il meurt le 28 octobre 875. Il est inhumé en l’église Saint-Just. En 1287 sa dépouille est découverte et enterrée à la Cathédrale Saint-Jean ; elle est pillée lors du sac de 1562 par les Calvinistes.

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      HEFELE Karl Joseph von, 1870, Histoire des conciles d'après les documents originaux : 755-870, pp.396sq

 

-      DEVISSE Jean, 1976, Hincmar, archevêque de Reims, pp.845-882

 

-     POULLIN de LUMINA Etienne Joseph, 1770, Histoire de l’Eglise de Lyon, pp.135-150

 

-      voir notice sur FLORUS

 

g.decourt