musée du diocèse de lyon

entrée

paroisse de Tourzy

 

 

 

 

 

 

Jusqu’à la Révolution TOURZY était paroisse englobant les bourgs de La Pacaudière et de Crozet et faisait partie du diocèse de Clermont, archiprêtré de Cusset.

 

Une légende attribue à des moines la construction de l’église dédiée à saint Hyppolyte, une autre évoque un pèlerinage à une statue miraculeuse de Marie.

 

C’est le prieur de l’abbaye d’Ambierle qui nomme le curé.

 

En 1166 un document montre que l’église relève de l’abbaye de Cluny.

 

En 1180 le vicomte Artaud Le Blanc écrit dans la charte par laquelle il donne la garde d’Ambierle à l’abbé de Cluny :

 

Dans le village de Tourzy, que j’avais accablé et réduit à rien par mes mauvaises impositions et des coutumes indues, moi j’avoue n’y avoir jamais rien eu ni en droit ni en propriété, et aucun des miens n’y eut jamais là quelque droit.

 

En 1553, Etienne Papon, oncle du célèbre juriste Jean Papon, restaure l’église et fait construire une chapelle dédiée à saint Etienne.

 

L’église comporte plusieurs chapelles ou autels, entre 3 et 7 selon les documents, dédiés à :

-      Notre-Dame,

-      Saint-Etienne (chapelle des Papon),

-      Saint-Jean-Baptiste,

-      La Trinité,

-      Saint-Esprit,

-      Rosaire,

-      Saint-Sébastien.

 

En 1836-1837 l’église est démolie ; subsiste la chapelle de 1553 qui abrite une statue de Notre Dame et comporte deux éléments : l’ancienne chapelle Saint-Etienne avec les armes de s Papon et une travée plus récente.

 

La paroisse fait l’objet de la relation de plusieurs visites de l’évêque de Clermont.

 

Aujourd’hui Tourzy est un hameau dans la paroisse de La Pacaudière.

 

 

 

Société de prêtres de Tourzy

 

Le 15 avril 1535, Etienne Papon, Robert Cornu, Guillaume Dalbon, Biaise Guignar, prêtres nés à Tourzy, déposent devant Jean Papon, lieutenant général de la baronnie de Roannais, les statuts d’une société de prêtres, dont ils demandent l'approbation par les paroissiens et la reconnaissance par l'évêque de Clermont :

 

La communauté des prêtres sociétaires se composera de douze prêtres nés et baptisés dans la paroisse de Tourzy. Le curé, chef de la communauté, n'est pas compris dans ce nombre de douze, et pourra être étranger à la paroisse. Toute place vacante sera donnée au plus ancien prêtre natif de Tourzy.

Les fondateurs dotent la communauté chacun de cent sols tournois qu'ils veulent servir à perpétuer les vêpres qui se disent tous les samedis dans la chapelle de Crozet. Les membres futurs verseront entre les mains du trésorier une somme de dix livres qui sera employée à l'embellissement de l'église, ou à l'augmentation des revenus de l'association.

Les sociétaires ne pourront exercer aucune fonction ecclésiastique, ni accepter fondations, legs ou donations sans le consentement du curé.

Ils seront tenus d'assister aux offices publics et aux processions qui se font dans l'église de Tourzy ou dans la chapelle de Crozet ; ils seront en habits de chœur aux vêpres du dimanche à Tourzy, et aux vêpres du samedi dans la chapelle de Crozet ; celui qui paraîtrait aux offices avec des vêtements peu convenables serait pointé et privé de la distribution du jour.

Les associés participeront par portion égale aux fondations, pensions et revenus quelconques, à condition de résider et de faire leur semaine, soit par eux-mêmes, soit par un autre prêtre de la communauté. Le curé seul aura droit à deux parts.

Les sociétaires pourront se réunir pour traiter de leurs intérêts communs, et ils nommeront pour la gestion de leurs affaires deux procureurs, dont les premiers seront messires Etienne Papon et Guillaume Dalbon.

 

Le 15 octobre 1535, l’évêque de Clermont érige la société des prêtres de Tourzy.

 

Originaires de Tourzy, de Crozet ou de la Pacaudière, ces prêtres vivent de fondations de messes et de revenus familiaux. De 12 à l’origine leur nombre diminue jusqu’au début du XVIIème siècle. La société disparait avant la Révolution.

 

 

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-      Bulletin de La Diana, 1895, tome 8

 

-      VACHET Adolphe, 1899, Les paroisses du diocèse de Lyon : archives et antiquités

 

-      DUFOUR J.E., 1946, Dictionnaire topographique du département de la Loire

 

-      voir la Charte de garde d’Ambierle à Cluny (1180)

a.chapel