musée du diocèse de lyon

entrée

Anselme à Lyon

1098-1099 / 1099-1100 / 1103-1106

 

 

 

 

 

Né en 1033 (1034) dans le Val d’Aoste, ANSELME vient étudier en France.

 

En 1060 il devient moine en l’abbaye du Bec en Normandie où il suit les enseignements de Lanfranc, futur archevêque de Cantorbery. Bientôt il y enseigne les sciences de l’époque : grammaire, dialectique, théologie…

 

En 1079 il en devient l’abbé. Il poursuit sa réflexion théologique sur les rapports entre foi et raison. Il entretient des relations épistolaires avec HUGUES de Bourgogne (de Die, de Romans), archevêque de Lyon.

 

En 1093, lors d’une visite aux monastères anglais pendant la vacance du siège de Cantorbery (Lanfranc est décédé en 1089), il est élu évêque de Cantorbery. Il cherche alors à mettre en œuvre la réforme de l’Eglise du pape Grégoire VII, marquée notamment par l’affirmation de l’indépendance de l’Eglise vis-à-vis des rois et empereurs pour les nominations d’évêques et l’élection du pape, la réforme des mœurs et de la formation du clergé, ainsi que la réforme de la vie monastique.

 

Il se heurte alors au roi Guillaume le Roux. Il écrit à HUGUES : 

 

Voici à peu près les raisons qui m’ont attiré la colère de ce Prince. J’ai reconnu, sans attendre son consentement, Urbain pour légitime Souverain Pontife, et j’ai rejeté l’antipape Guibert. J’ai voulu, suivant l’usage, aller à Rome recevoir le Pallium de la main du Pape. J’ai refusé au Roi les subventions exorbitantes qu’il demande à mon Eglise, et j’ai redemandé les terres qu’il lui avait enlevées et qu’il a distribuées à ses vassaux. J’ai fait à ce Prince des remontrances fortes, mais nécessaires au sujet des investitures. J’ai voulu réformer des abus invétérés et assembler à ce sujet des conciles : voilà mon crime. Ma conscience me dicte que je dois soutenir les intérêts de Dieu et les droits de mon Eglise, ou renoncer pour toujours à l’Archevêché qu’on m’a forcé d’accepter. J’attends là-dessus votre décision.

 

On ne possède pas la réponse de HUGUES.

 

*

 

ANSELME choisit l’exil. Il arrive à l’abbaye de Cluny pour les fêtes de Noël 1098 et gagne rapidement Lyon. Après avoir retrouvé la santé il part à Rome pour la Semaine Sainte 1099.

 

*

 

En août 1099, après la mort du pape Urbain le nouveau pape Pascal II lui permet de revenir à Lyon pour y séjourner définitivement.

 

C’est ainsi qu’il mène dans le diocèse une activité épiscopale de prédication, confirmation, ordination…, et en parallèle la rédaction d’ouvrages théologiques avec l’aide de son secrétaire Eadmer.

 

En 1100 HUGUES en tant que légat du pape convoque un concile dit national à Anse ; il en cède la présidence à ANSELME.

 

Durant ce séjour à Lyon sont écrits, ou achevés d’écrire, ses ouvrages intitulés : Cur Deus homo, De conceptu virginalis et de originali peccato, Meditatio redemptionis humanæ.

 

Il aurait été à l’origine de la consécration d’un autel dédié à la Conception de Marie dans l’église abbatiale d’Ainay. Certains auteurs pensent qu’en fait ANSELME n’adhérait pas à cette théologie mariale.

 

En août 1100 meurt le roi Guillaume et une délégation anglaise mandatée par le nouveau roi Henri vient lui demander de revenir dans son archeveché. ANSELME y consent.

 

*

 

En 1103, le roi n’ayant pas voulu renoncer aux nominations d’évêques et lui-même ayant refusé de consacrer de nouveaux évêques, ANSELME revient à Lyon pour les fêtes de Noël où il reprend ses activités pastorales.

 

*

 

En 1106 le roi ayant renoncé en partie à nommer les évêques, ANSELME retourne à Cantorbery vers la fin de l’année. Il y meurt en 1109.

 

 

 

DOCUMENTS

 

 

-         COLONIA Dominique (de),Histoire littéraire de la ville de Lyon, Saint Anselme de Cantorbery et ses longs séjours à Lyon et les ouvrages qu’il y a composés, Volume 2, chap.IV, pp.210-230

 

-         Sites jesuismort.com/ saint-anselme-de-cantorbery, nominis.cef.fr/ Saint-Anselme-de-Cantorbery, jesusmarie.free.fr/anselme, biblio.regione.vda.it/ aosta/ Anselmo-dAosta,

 

-         Benoît XVI, audience du 2013-04-09, La-Croix   

 

-         voir les notices sur le Concile d’Anse, l’Immaculée Conception à Lyon, HUGUES de Bourgogne, archevêque de Lyon

 

 

g.decourt